Depuis 2018, on a commencé à installer des petites bibliothèques dans nos écoles. Les élèves prennent goût à fréquenter les livres, ce qui correspond à notre objectif en leur faveur, dans une région où les bibliothèques sont rares.

Les écoles ont bénéficié de dons de centaines de livres, de la venue d’un formateur pour l’agencement des bibliothèques et l’aide à l’enregistrement des ouvrages, DVD et jeux. C’est surtout à Betania et à Andranomena que les projets sont les plus avancés.
La bibliothèque de l’école Fanilo à Andranomena est appréciée de tout le monde. C’est un merveilleux outil pour ce village. Elle est également ouverte pendant les vacances, les enseignants assurant la surveillance à tour de rôle. Les enfants du village non inscrits à l’école de l’association FIMAMIFA peuvent y venir à certains moments. Elle est ouverte de 8h 30 à 15h 30. C’est Rasoa qui en est la responsable en 2019-2020.

A Saint-Augustin, les étagères sont pour l’instant peu garnies. Tous les livres sont en français. Il y aseulement 3 heures d’ouverture, le vendredi matin. Ce sont les enseignants qui s’occupent du travail en bibliothèque, avec les élèves de 10ème, 9ème et surtout 8ème. Il n’y a pas de recherche précise. Les élèves se contentent de lire ce qui les intéresse. Il n’y a pas d’horaire pour chaque classe, faute de temps.

A Betania, la bibliothèque accueille aussi bien les collégiens de l’association FANARENANA que les élèves du primaire. Hortensia et Odette s’en occupent depuis 2019, ainsi que des volontaires. Plus d’un millier de livres sont à la disposition des élèves. Les horaires d’ouverture au cours de la semaine dépendent des emplois du temps des collégiens. Il y a des horaires pour chaque classe.

Un certain nombre de livres sont à la disposition des élèves dans les internats, surtout des livres scolaires et des dictionnaires.

Dans tous les centres d’accueil, les livres sont essentiellement en français, vu l’origine des dons. On trouve dans les bibliothèques des bandes dessinées, des romans, des encyclopédies, des dictionnaires et des ouvrages scolaires. Des livres scolaires sont aussi disponibles en classe.  Mais ce sont les bandes dessinées qui attirent le plus les élèves. Les livres sont enregistrés dans un classeur puis dans un ordinateur, sous Excel, mais pas à Saint-Augustin où il n’y en a pas encore.

Presque tous les élèves de chaque école fréquentent leur bibliothèque. Les collégiens de Betania font des recherches précises, mais pas les élèves du primaire pour l’instant. On remarque leur bon comportement de façon générale, même si parfois ils ne peuvent s’empêcher de faire un peu de bruit. Certains demandent de l’aide, surtout à propos du vocabulaire. Les livres ne peuvent être sortis, afin d’éviter de les abîmer ou de les perdre (sauf à Saint-Augustin).

Les responsables interviennent pour des explications, la surveillance et poser des questions. Ils accompagnent ainsi les élèves et facilitent leur travail.

Les élèves aimeraient avoir des ordinateurs et plus de livres. Il faudrait également davantage d’étagères, de tables et de bancs. Quoi qu’il en soit, on essaie de faire parvenir des livres au fur et à mesure. En réalité, le travail ne fait que commencer, en attendant que ces bibliothèques deviennent de véritables petites médiathèques.